•   Monsieur muscles / dieu / maître etc etc... nous emmène dans une sorte de tour immensément haute en forme d'éclair. Il nous incite à le suivre et nous fait gravir les dix mille sept cent cinquante huit (parce que oui, Arneau les comptait à voix haute) marches pour arriver tout en haut. Cendrillon râle à cause de ses ampoules ( en même temps un peu de lumière, ca lui fera pas de mal ) , Eo a fini par porter Coline sur son dos et le type d'Elec semble attendre le moment où nous allons faillir. Mais non, nous sommes finalement tous arrivés dans son...

      « Un dojo ? Quoi ?! s'exclame Arneau. Tout ça pour quatre tapis et trois lampions ?

      - Pour avoir le pouvoir d'Elec, il faut me battre en combat singulier.

      - Aah c'était pour ça le kimono, je pensais que c'était simplement par manque de goût, commente Cendrillon. Bon Olivia, tu t'en charges parce que là franchement mis à part toi, je vois pas qui est assez méchant pour frapper ce pauvre type. Personnellement ça risque de me couter ma manucure si je le touche.

      - Non,non, je m'écris ,pourquoi moi ??

      -Parce que toi !! S'écrient en chœur Arneaubisfile et Confus »

      Je me tourne vers Eo et Coline. Eo tourne simplement la tête de droite à gauche et Coline... Bon, on oublie Coline si on veut des chances d'avoir ces pouvoirs électriques.

    « Bon alors je crois qu'il n'y a pas le choix je vais devoir m'y coller, dis je en soupirant

      - J'en suis ravi ! répond Mr. Elec avec un grand sourire. »

      Il me fait rire avec ses deux bâtons à la place des yeux et sa mèche éclair qui lui tombe sur le visage. J'ôte mes chaussures et mes chaussettes, lance mon gilet sur... quelqu'un et monte sur le tatami. Il se met en place devant moi.

      « Aucune règle si ce n'est que tu ne dois pas abîmer une seule des fibres de ce précieux petit tatami. »

      Je rêve ou il est en train de faire des bisous à son tapis ? Non visiblement c'est vrai ... Bref passons sur ce detail. M. Elec et moi nous saluons solennellement. Le combat commence. Il se met en position et m'attend. Bon, il est temps de réfléchir : utiliser mes pouvoirs ou pas ? Il n'est probablement pas au courant que je détiens ceux d'Eau et de Feu en plus de mes pouvoirs innés. Et il n'a pas spécifié que c'était interdit de les utiliser. Bon, allons-y je vais commencer par l'immobiliser ! J'utilise mon don pour faire apparaître des lianes et l'enrouler comme un saucisson. Il se met à rire et fait apparaitre des minis-éclairs sur tout son corps. Les lianes prennent feu et je suis obligée d'éteindre le début d'incendie avec mes pouvoirs d'Eau. J'en profite pour le doucher copieusement. Sauf que , principe élémentaire de physique, l'eau est un trèèèèès bon conducteur ...

      « Depuis quand les fillettes habillées en vert possèdent deux pouvoirs ?
      - Deux pouvoirs ? Tu me prends pour une petite joueuse !

      Je fais apparaître des feuilles et les enflamme.

      - J'en ai trois mon gros nounours, et quand ce combat sera terminé tu m'en donneras un quatrième !
      - On ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué, on ne te l'a jamais appris ? me répond-il avec sarcasme. »

      Aujourd'hui j'ai appris ce que c'était qu'être electrique au sens propre du terme. M.Elec vient de me balancer des éclairs sur mon T-Shirt un peu mouillé et je peux vous dire que je l'ai senti. Puis, profitant de ma souffrance il s'approche de moi, m'agrippe par le col et ... J'ai du mal à comprendre comment je me retrouve avec le nez dans le tatami , M.Elec m'écrasant de tout son poids.

      « J'ai mal pour elle, glisse Eo.
      - On devrait peut-être l'aider ? propose Arneau.
      - C'est son combat, nous on reste ici, répond Cendrillon. »

      Merci les amis, j'apprécie le geste ! Bon, on va lui brûler le derrière à ce tas de muscles.

      « AÏE ! il hurle.
      - Tu aimes jouer avec le feu toi ! je lui lance.
      - Je n'aime pas tellement les jeux de mots de mauvais goût si tu vois ce que je veux dire. Et encore moins quand c'est une petite freluquette de Vert qui les sort !
      - Tu vas voir ce que tu vas voir gros Nounours !
      - Avec ces traits à la place des yeux ça va être dur, glisse Arneau.
      - J'aime pas les mauvais jeux de mots non plus, lui répond Eo.
      - Bon, on va se la faire à la régulière. Pas de pouvoir freluquette compris ? »

      Et il me libère (enfin). Reprenant place en face de moi, nous saluons une deuxième fois. Et, alors que j'avais encore le nez au ras du sol, il me décroche un coup de poing monumental, une bonne droite en pleine poire à en tomber dans les pommes comme on dit dans le jargon. Je riposte par un coup de pied plutôt bien placé. J'entends les deux acolytes sur le côté compatir. Il parait qu'entre garçons, ils sont solidaires sur ce point...

      « Ouais ! Girl power ! Montre-lui de quelle voix on se chauffe !

      Cendrillon ouvre des grands yeux et sa mâchoire lui tombe.

      - Tu as de la fièvre Coline ? Ca va tu es sûre ? »

      J'arrête de les écouter et me reconcentre sur mon combat puisque monsieur armoire à glace revient à la charge avec coup de pied renversé, ou un truc de ce goût là. Coup de pied que j'intercepte tant bien que mal avec mes deux mains. Je le regarde, lui décoche un sourire narquois avant de le pousser en arrière et de lui sauter dessus.

      « WAZAII ! hurle Cendrillon.
      - Décidément, on n'a jamais fini de lui découvrir des talents tachés, non pardon cachés à celle-là, commente Arneau. »

      Pour vous resumer la situation, je tiens actuellement le pied de Nounours qui garde sa jambe tendue alors qu'il a le dos au sol.

      « Je peux faire l'avion ? demande Arneau des étoiles dans les yeux.

      L'autre blond le foudroie (au sens propre du terme) du regard.

      - Même pas en rêve.
      - Il serait plutôt judicieux de qualifier ce que je vis de cauchemar non? je lance

    Arneau se tourne vers moi, un grand sourire aux lèvres et répond

      - Même pas en rêve ! Allez Olivia on échange steuplait steuplait steu-... »

      Cendrillon l'a fait taire en lui assénant un coup de poing sur le haut du crâne. Je lui lance un sourire reconnaissant (pour une fois, j'espère qu'elle en a profité) et retourne à mon affaire : il est l'heure du coup de grâce.

      « Elle me fait peur avec son sourire, commente Eo.
      - Ouais je confirme, je ne voudrais pas être à la place de monsieur manque de goût, complète Cendrillon. »

      M. Elec pâlit (et il a bien raison) et je me mets à l'œuvre.

      « Par pitié arrête, c'est bon tu as gagné ! Stop ! me supplie-t-il. »

      Je descends du tatami triomphante et rejoins les autres, laissant le nounours se remettre de sa défaite.

      « Sérieusement ? Tu l'as achevé avec des chatouilles ? me demande Eo »


    votre commentaire
  •   Après cette nuit pour le moins mouvementée, réunion de famille dans la grande salle à manger. Enfin, famille... tout est relatif... Imaginez vous deux jumeaux opiniâtres et mystérieux une peste, son alter ego masculin, une petite brindille et son copain roux~bleu, une maman poule taillée comme une armoire à glace et moi qui ne tient pas en place, personnellement je sais pas si c'est la famille idéale... L'armoire à glace entame:

      « Alors comme ça on loge des gens sans prévenir sa maman hein ?

      - M'enfin m'an, on est grand, essaye de répliquer Théos

      - Non Titou, pas d'excuses, vous...»

      Je n'entends même pas la fin de la phrase, morte de rire intérieurement. Alors comme ça le surnom de Théos c'est Titou... j'ai du mal à me retenir d'exploser de rire...

      « Enfin bon, jeunes gens, ce n'est pas contre vous mais nous ne pouvons pas vous accueillir, nous avons beaucoup à faire, continue la mère de nos hôtes.

      - Ca veut dire que vous nous jetez dehors ? demande toute penaude Coline.

      Elle est tellement mignonne comme ça, je suis sûre que ça va attendrir cette armoire à glace et qu'elle nous laissera rester un peu plus longtemps.

      - Exactement, déguerpissez ! dit-elle en claquement des doigts. »

      Par je ne sais quel enchantement nous nous retrouvons les fesses par terre dans un endroit qui nous est totalement inconnu.

      « Décidément, armoire à glace au cœur de glace ! je peste.

      - Où sommes-nous ? demande Eo.

      - Ne restez pas plantés là, vous risquez de vous prendre un éclair ! hurle une voix qui nous est encore inconnue. »

      Un éclair ? Mais je ne veux pas mourir moi ! Je saute vivement sur mes pieds me retourne et découvre un garçon blond en kimono avec une coiffure pour le moins... électrique... Je tente d'engager la conversation :

      « Euh oui euh... Bonjour... On est désolé... Pardon... »

      C'est évidement le moment que choisit Confus pour se précipiter aux pieds de l'inconnu et supplier:

      « S'ilvousplaitonveutpasmourironesttropjeunes !!!!!!

      - Nan mais je rêve, ça entre dans le temple d'Elec sans permission et ça supplie la pitié...

      - Non mais attendez monsieur, ce n'est pas ce que vous croyez on peut tout expliquer, j'interviens.

      - Ouais ouais mon œil c'est ce qu'ils disent tous, allez-y je vous écoute racontez moi votre "version des faits" et je verrai après si c'est crédible. Au fait je ne supporte pas le "monsieur" donc appelez moi Uiktaur ou Maitre d'Elec comme vous préférez !

      - Ca va ses chevilles ? glisse Eo.

      Confus qui est toujours en train de pleurer sur son triste sort. Il m'énerve alors je décide de lui donner un bon coup de pied dans le ventre histoire qu'il se taise : voilà, c'est mieux.

      - Alors en fait...

      - Ca commence mal !

      - Vous voulez l'écouter notre histoire oui ou merde ? s'impatiente Cendrillon.

      Visiblement, elle n'est pas très à l'aise à l'idée de se prendre un éclair sur la tête. Mister Electrique roule des yeux puis me fait signe de continuer.

      - On était sur Terre, et une famille de fou nous a capturés ! Et puis nous a expulsés. Et voilà en gros on est à la quête des pouvoirs de Lumière en gros, dis-je pour résumer.

      - Oulah je vois bon ça va votre excuse est pour le moins originale.

      - Mais c'est pas une excuse ! dit d'une voix cassée Coline.

      - Mouais ça n'explique pas pourquoi vous vous retrouvez dans le temple d'Elec. Parce qu'en tant que gardien du temple je peux pas vous laisser faire.

      - Mais allez demander à votre Dieu ou maître d'Elec ou je ne sais trop quoi ! Je suis sûre que vous pouvez contacter Dieu via ces petites boites nommées "portables ". Chais pas, contactez Dieu quoi !

      - Non mais je vois, vous avez rien compris !! Le maitre d'Elec c'est MOI !!

      - Alors le mec il est gardien, dieu et maître d'Elec à la fois ? remarque Eo en comptant tous ces titres sur ces doigts. Ca doit pas être de tout repos votre vie !

      - Ca tu l'as dit mon p'tit gars !

      - Enfin p'tit gars j'ai pas l'impression d'être tellement plus jeune que to-vous...

      Le blond gardien / maître / dieu semble réfléchir quelques instants.

      - En fait vous m'avez l'air plutôt sympathique, suivez-moi dans un endroit plus sûr pour qu'on discute de votre fameuse quête...

      - Enfin ! C'est pas trop tôt ! lâche Cendrillon, visiblement soulagée de quitter ces lieux où elle risque sa vie depuis tout à l'heure. »


    votre commentaire
  •   Le frangin et moi nous retournons comme un seul être tandis que Théos pousse un soupir que même Eo n'arriverait pas à égaler (vous savez, soupir - Vent tout ça...). Dans l'embrasure de la porte se tiennent mes amis et une masse imposante, un espèce de truc rond sur un autre truc rond dix fois plus gros.

      « Maman je peux tout t'expliquer...
      - Alors tu pourras m'expliquer la présence de tout ce petit monde à la maison Setset ?

      Je jette un regard interrogateur au jumeau de Théos, qui m'ignore royalement. Setset ? C'est ça son nom ?

       - Mais mamounette, ils n'ont rien fait de mal, ce sont de braves gens...

      C'est évidement le moment que choisi Théos pour s'énerver:

      - C'est bon maman, on est grands on n'a plus de comptes à te rendre. D'ailleurs, je te signale que c'est NOTRE maison à Tensset et à moi que tu squattes ! »

      Bon alors il s'appelle Tensset ou Setset ? Faudrait savoir ! Enfin, à choisir je préfère ne pas m'appeler du tout... parce qu'à ce rythme là...
      Théos poursuit :

     « Je te signale que, comme on te l'a déjà dit, ça commence à nous énerver, tu vis à nos frais et....

      Bref, je vous passe la suite du discours de Théos, c'est profondément ennuyant. En gros, il reproche à sa mère de ne pas se débrouiller seule et patati et patata. Pendant ce temps là, j'essaye de m'éclipser doucement. Mais peine perdue, Théos me capte et lance :

      - Ah au fait, la seule bonne nouvelle que j'ai à t'annoncer c'est que je vais bientôt me marier. Et pour répondre à ta prochaine question, l'heureuse élue essaye de quitter la pièce en douce. Elle s'appelle Olivia.

      Je ne sais pas lequel de nous trois crie le plus fort : Confus, Arneaubisfille ou moi.

      - NON OLIVIA M'AIME MOI !
      - NON TU NE PEUX PAS AIMER OLIVIA !
      - NON JE NE VEUX PAS ME MARIER !

      Imaginez le bruit que font trois adolescents, de fortes tête en plus, qui hurlent en même temps. Pour vous donner une petite idée, on aurait mis un ventilateur devant les cheveux des deux jumeaux que l'effet aurait été le même. Si Eo avait râlé lui aussi, ils auraient décollé. Théos me regarde tranquillement. Et tout d'un coup, la mère sort de la pièce en disant que ses deux fils ne sont que des bons à rien, qu'ils ne cherchent qu'à s'amuser.... BBRRREEEEFF dispute de famille quoi !!

      Nous nous retrouvons dans la chambre de Théos à nous regarder comme des chiens de faïence. Nous avons l'air très bête. Et soudain Coline propose de sa petite voix :

      - Et... Et si on...on terminait la.. la nuit.. ? On discu...discuterait de tous ç-ça demain ?

      Tout  le monde approuve. Eo, Coline et Cendrillon partent rejoindre leurs chambres respectives (enfin Cendrillon m'informe discrètement qu'elle va dormir avec Coline). Arneau et Setset quittent la pièce, non sans que Arneau ait lancé un regard NOIIIIRR à Théos.
      Lorsqu'ils sont tous partis, je me dirige à mon tours vers la porte, qui claque juste devant moi. Je me retourne vers Théos et je vois sa main se baisser lentement. Il me dit:

      - Enfin tranquille, on va pouvoir-
      - BONNE NUIT THEOS ! je hurle en le poussant sur le côté. »

      Il ne peut pas me résister. Pas qu'il m'aime trop ou quoi, non, c'est simplement que mes mains sont en feu, alors autant vous dire qu'il se décale sans broncher. A nouveau, j'entends son frère pouffer derrière la porte. Je lève les yeux au ciel et soupire : avec une jumelle je ne tiendrais jamais moi !


    votre commentaire
  •   J'ouvre des yeux grands comme des pastèques.

      « Eo ? Tu fais quoi là toi ?
      - Non Olivia, la bonne question c'est : où sont tes cheveux ? intervient Arneau.

      Eo se balance d'avant en arrière, comme si il avait perdu la boule. Il dit en sanglotant :

      - Ils... ils ont... plein de vidéos de Coline et... ils ont prévu de...
      - De quoi ? Eo accouche on n'a pas toute la soirée !
      - De lui ôter ses pouvoirs et surtout de...
      - De ? continue Confus.
      - De lui décolorer les cheveux.

      Pour une fois, Arneau et moi sommes d'accord : on s'en tape. Cendrillon, qui était restée en arrière jusque là, tape du pied et râle (pour changer) :

      - Bon on va voir comment va Coline ou vous comptez attendre le déluge ? »

      Eo, oubliant sa fatigue brusquement, se rue hors de la pièce et se précipite vers les escaliers. Il est tellement affaibli que je le rattrape sans peine. Je gravis les marches 4 à 4 et en arrivant dans la chambre je découvre Théos, en train de roupiller paisiblement. Arneau, Eo et Cendrillon se précipitent hors de la pièce mais, en m'attardant, je remarque un détail troublant : Théos a comme de la teinture bleue sur les mains. Je décide de le réveiller :

      « Debout le flemmard !
      - Hm... C'est plutôt plaisant de se faire réveiller par une jolie fille, mais j'avoue qu'un peu plus t...
      - Ouais ouais c'est ça, t'es bien trop bavard dès le matin !

      Je lui attrape une main et la lui colle sur le visage.

      - Tu m'expliques ?
      - Quoi, que je ne sois pas encore fiancé ? C'est très...
      - Non, le bleu. Je m'en contre fiche de ta vie amoureuse.
      - Ouais parce que c'est moi qu'elle aime ! intervient Confus.

      Je me contente de lui envoyer des bouts de bois dans la tête à l'aide de mes pouvoirs.

      - La ferme Confus, retourne avec les autres ! »

      Je le pousse dehors et claque la porte. Avant de partir, il me glisse :

      «Coline va bien, elle est saine et sauve ! »

      Je suis soulagée. Je me retourne vers Théos qui s'est entre temps redressé dans son lit. 

      « Bon, revenons à nos moutons. La teinture bleue c'est quoi ?dis-je d'un ton plus qu’énervé.
      - Ahhh tu veux parler de la peinture à l'huile que j'ai sur les mains ? Oui je suis aussi artiste à mes heures perdues... Je ferais un mari vraiment parfait, je fais la cuisine, je suis poète , je peins... Tu ne trouves pas ?

      Je me penche vers lui en souriant. Nos visages sont très proches l'un de l'autre.

      - Mon cher Théos, la seule chose que tu fais parfaitement c'est mentir !

      Il prend un air étonné.

      - De quoi tu parles Olivia ? »

      Sa main dans mes cheveux me perturbe. Ma main droite révèle mes pouvoirs de Vert, tandis que ma main gauche devient bleue, comme sur Eau. Quand il le voit, il fronce les sourcils. J'essaye d'utiliser mes pouvoirs contre lui, mais je n'y arrive pas. Impossible de faire quoi que ce soit, ce type me paralyse complètement.

      « Vous me dîtes si je vous dérange ! lance une voix que j'ai déjà entendue.

      Ah oui, son frère.

      - En l’occurrence, oui tu nous déranges, réplique Théos au quart de tour. Tu fais quoi là, c'est MA chambre et MA copine au cas où tu serais jaloux. »

      Ça y est, mes pouvoirs sont libérés, et pour la première fois j'utilise ceux de Feu au passage. Théos se retrouve donc accroché au mur par des piques de rosier géants ardents, ses vêtements complètement trempés. Son frère est en train de se rouler par terre, littéralement. Entre deux rires, il arrive à articuler :

      « Je te la laisse ta copine, elle a l'air de t'A-DO-RER !

      Avec un calme olympien, Théos réplique :

      - Et oui frérot, on appelle ça l'amour vache !!

      Son sourire se dissipe vite quand il voit son frère se faire catapulter de la même manière que lui. Sauf que celui-ci n'atterrira pas sur le mur, mais sur lui ! 

      - Par pitié ma pousse de bambou, n-... »

      Théos n'a pas le temps de finir sa phrase que déjà la masse imposante de son frère l'écrase. Ils chutent lourdement sur le sol tous les deux.

      « C'est quoi ce bazar ? hurle une forte voix de femme. »


    votre commentaire
  •   C'est comme un son de silence, un son de rien. Ça peut paraître bizarre dit comme ça mais , c'est comme s'il y avait un son.... silencieux... mes pas seuls résonnent alors que j'avance dans cette étrange cave, ou plutôt grotte...

      Soudain, une porte apparaît sur ma droite au détour d'un virage. A travers le trou de la serrure, filtre une étrange lumière. et soudain, un cri de fillette déchire le "silence". J'ouvre alors la porte à la volée, persuadée de sauver Cendrillon des terribles griffes de ce mythomane de Théos. Quelle n'est pas ma surprise quand je découvre que ce n'est pas Cendrillon mais Arneau qui a poussé ce cri d'alerte !

      « Arneau, qu'est-ce qui se passe ici ?!
      - C'est Théos, il... il...
      - Qu'est-ce qu'il a fait ? je hurle.

      Je savais qu'il n'était pas net.

      - Son frère est apparu comme un fou furieux en l'insultant de tous les noms. Il l'a emmené dans la pièce d'à côté, Cendrillon est déjà partie à sa rescousse. »

      Bon, je retire ce que j'ai dit, Théos n'a rien fait. Quoi que, pour qu'on lui en veuille autant...

      Soudain, la porte se referme derrière nous avec fracas.Nous nous retournons, et nous découvrons Cendrillon affalée par terre. Le frère vraiment méchant a du la pousser juste avant de refermer la porte ! et là, nous entendons Théos s'écrier avec une voix de fillette :

      « Par pitié, laissez-moi tranquille... »

    L'autre s'empresse de lui répondre 

      « Pas question, je compte bien profiter des nombreuses salles de torture qui sont ici pour rigoler un peu avec toi frangin ! »

      Je fronce les sourcils et me tourne vers Confus :

      « Des salles de torture ? Mais de quoi il parle ?
      - Eh bien disons que Théos n'est pas aussi gentil que ce que l'on pense...

      Il me montre ses poignets rougis.

      - C'est quoi ?
      - La marque des chaînes qui me retenaient prisonniers.

      Un blanc se fait entre nous. Je finis par le briser au bout de quelques instants en éclatant de rire.

      - La bonne blague Confus ! »

      Mais son regard perdu semble dire la vérité... Je n'y comprends plus rien ! C'est qui le méchant alors ?
      Sur ce, un bruit s'échappe d'une salle qui semble proche. On dirait quelqu'un en train de gémir de douleur. Le bruit s'amplifie... Il me semble reconnaître la voix de Théos ... Puis les gémissements se transforment en pleurs et les pleurs en cris de douleurs ! Et d'un coup, plus rien. Plus un bruit. (sauf ce bruit de silence). Et là, on voit la porte s'ouvrir toute seule dans un horrible grincement. Personne derrière. Prudemment, nous ouvrons la porte et nous nous précipitons dans la pièce d'où provient une lumière blafarde un peu plus loin. Et nous découvrons, recroquevillé sur lui-même, les yeux bouffis et surtout les cheveux bleus et lissés, Eo.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires