• Chapitre 23

      J'ouvre des yeux grands comme des pastèques.

      « Eo ? Tu fais quoi là toi ?
      - Non Olivia, la bonne question c'est : où sont tes cheveux ? intervient Arneau.

      Eo se balance d'avant en arrière, comme si il avait perdu la boule. Il dit en sanglotant :

      - Ils... ils ont... plein de vidéos de Coline et... ils ont prévu de...
      - De quoi ? Eo accouche on n'a pas toute la soirée !
      - De lui ôter ses pouvoirs et surtout de...
      - De ? continue Confus.
      - De lui décolorer les cheveux.

      Pour une fois, Arneau et moi sommes d'accord : on s'en tape. Cendrillon, qui était restée en arrière jusque là, tape du pied et râle (pour changer) :

      - Bon on va voir comment va Coline ou vous comptez attendre le déluge ? »

      Eo, oubliant sa fatigue brusquement, se rue hors de la pièce et se précipite vers les escaliers. Il est tellement affaibli que je le rattrape sans peine. Je gravis les marches 4 à 4 et en arrivant dans la chambre je découvre Théos, en train de roupiller paisiblement. Arneau, Eo et Cendrillon se précipitent hors de la pièce mais, en m'attardant, je remarque un détail troublant : Théos a comme de la teinture bleue sur les mains. Je décide de le réveiller :

      « Debout le flemmard !
      - Hm... C'est plutôt plaisant de se faire réveiller par une jolie fille, mais j'avoue qu'un peu plus t...
      - Ouais ouais c'est ça, t'es bien trop bavard dès le matin !

      Je lui attrape une main et la lui colle sur le visage.

      - Tu m'expliques ?
      - Quoi, que je ne sois pas encore fiancé ? C'est très...
      - Non, le bleu. Je m'en contre fiche de ta vie amoureuse.
      - Ouais parce que c'est moi qu'elle aime ! intervient Confus.

      Je me contente de lui envoyer des bouts de bois dans la tête à l'aide de mes pouvoirs.

      - La ferme Confus, retourne avec les autres ! »

      Je le pousse dehors et claque la porte. Avant de partir, il me glisse :

      «Coline va bien, elle est saine et sauve ! »

      Je suis soulagée. Je me retourne vers Théos qui s'est entre temps redressé dans son lit. 

      « Bon, revenons à nos moutons. La teinture bleue c'est quoi ?dis-je d'un ton plus qu’énervé.
      - Ahhh tu veux parler de la peinture à l'huile que j'ai sur les mains ? Oui je suis aussi artiste à mes heures perdues... Je ferais un mari vraiment parfait, je fais la cuisine, je suis poète , je peins... Tu ne trouves pas ?

      Je me penche vers lui en souriant. Nos visages sont très proches l'un de l'autre.

      - Mon cher Théos, la seule chose que tu fais parfaitement c'est mentir !

      Il prend un air étonné.

      - De quoi tu parles Olivia ? »

      Sa main dans mes cheveux me perturbe. Ma main droite révèle mes pouvoirs de Vert, tandis que ma main gauche devient bleue, comme sur Eau. Quand il le voit, il fronce les sourcils. J'essaye d'utiliser mes pouvoirs contre lui, mais je n'y arrive pas. Impossible de faire quoi que ce soit, ce type me paralyse complètement.

      « Vous me dîtes si je vous dérange ! lance une voix que j'ai déjà entendue.

      Ah oui, son frère.

      - En l’occurrence, oui tu nous déranges, réplique Théos au quart de tour. Tu fais quoi là, c'est MA chambre et MA copine au cas où tu serais jaloux. »

      Ça y est, mes pouvoirs sont libérés, et pour la première fois j'utilise ceux de Feu au passage. Théos se retrouve donc accroché au mur par des piques de rosier géants ardents, ses vêtements complètement trempés. Son frère est en train de se rouler par terre, littéralement. Entre deux rires, il arrive à articuler :

      « Je te la laisse ta copine, elle a l'air de t'A-DO-RER !

      Avec un calme olympien, Théos réplique :

      - Et oui frérot, on appelle ça l'amour vache !!

      Son sourire se dissipe vite quand il voit son frère se faire catapulter de la même manière que lui. Sauf que celui-ci n'atterrira pas sur le mur, mais sur lui ! 

      - Par pitié ma pousse de bambou, n-... »

      Théos n'a pas le temps de finir sa phrase que déjà la masse imposante de son frère l'écrase. Ils chutent lourdement sur le sol tous les deux.

      « C'est quoi ce bazar ? hurle une forte voix de femme. »

    « Chapitre 22Chapitre 24 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :